Close

CANDIDAT : KONAN KOUADIO SIMEON


MONSIEUR KONAN KOUADIO SIMEON

 

 

 

DATE DE NAISSANCE

 

1964

 

 

LIEU DE NAISSANCE

 

KAHANKRO S/P DE TOUMODI

 

 

NATIONALITE

 

IVOIRIENNE

 

 

NOM DU PERE

 

KOUAKOU KONAN

 

 

NOM DE LA MERE

 

KÔKÔ AKISSI

 

 

NOM ET PRENOM DE L’EPOUSE

 

-

 

 

NOMBRE  D’ENFANTS

 

-

 

 

FORMATION D'ORIGINE

 

ADMINISTRATEUR DE SOCIETE

 

 

PARTI POLITIQUE

 

CANDIDAT INDEPENDANT

 

 

SITE OFFICIEL DU CANDIDAT

 

PAS CONNU

 

 

 

PROJET DE SOCIETE

 

 

 

 

Le bien être social : une finalité

 

Une Côte d’Ivoire prospère de ses ressources

La finalité de toute politique sérieuse est et doit rester le bien être social c’est-à-dire l’épanouissement et la prospérité pour tous. Je travaillerai de toutes mes forces à donner un sens à ce devoir de l’Etat en créant les conditions de la croissance et d’un véritable développement humain.

Dans cette perspective, l’amélioration des conditions de vie et la satisfaction d’un certain nombre de droits fondamentaux s’avèrent d’un impératif absolu pour moi : Sécurité – Santé – Education – Justice – Logement, Emploi.

Et dans cette ambition, la jeunesse et la femme seront une cible particulière de mon action.

 

 

 

 

 

 

La relance économique et la reprise du développement : une urgence

 

Une Côte d’Ivoire au travail

L’amélioration des conditions de vie, la lutte contre la pauvreté, la réduction du chômage et la sécurité des personnes et des biens constitueront la priorité des mes engagements. Cependant, cette intention aussi louable soit-elle ne pourra prospérer dans le cas d’un pays en crise comme le nôtre sans une relance vigoureuse de l’économie et une reprise rapide du développement.

Je remettrai au coeur des actions gouvernementales et de la préoccupation nationale ces deux impératifs. Ils constitueront pour mon Gouvernement le grand challenge pour lequel chaque Ministre et chaque responsable devront s’engager sur des objectifs précis.

Je prendrai mes responsabilités en engageant des reformes économiques appropriées tant au niveau de l’Etat que du secteur privé.

Je compte mobiliser l’ensemble des mesures fiscales et budgétaires au service du redémarrage économique et de la reprise effective du développement. Mais là aussi, tous les sacrifices du contribuable risquent de n’être profitables qu’à une minorité de privilégiés si tout ce programme n’est pas soutenu par une politique de gestion saine et efficiente. C’est pourquoi, j’érigerai en rang de principe d’honneur et à tous les niveaux, la bonne gouvernance.

 

 

 

 

La restauration de la paix durable : une condition

 

Une Côte d’Ivoire paisible

Il a été dit et redit, rien de sérieux et de durable ne peut être fait sans un minimum de sérénité. La paix est le préalable à tout développement. Aussi toutes ces chères intentions que je nourris pour vous, chers compatriotes, n’auraient aucune chance de prospérer sans une paix véritable et durable.

Aucun investisseur sérieux n’investira le moindre centime sans un environnement paisible. C’est pourquoi, bien que ma priorité reste la relance économique et la reprise du développement, je m’attacherai avant toute chose à la restauration de la paix et de la stabilité.

J’engagerai immédiatement des actions concrètes pour ramener la symbiose et la cordialité d’antan entre les différentes communautés.

Mes actions porteront sur La Coexistence pacifique et La Cohésion sociale.

 

 

 

 

 

 

 

 

La réconciliation nationale et
la cohésion sociale : une nécessité

 

Une Côte d’Ivoire unie dans ses diversités

La Côte d’Ivoire est la somme d’une multitude d’ethnies avec autant de spécificités culturelles. Un tel pays ne peut aspirer à un progrès que dans l’union et la cohésion de ses filles et de ses fils. Je veux restituer à l’ivoirien son hospitalité et sa générosité reconnue de par le monde. Je veux rendre à l’ivoirien sa jovialité innée.

Je veux voir les ivoiriens à nouveau réunis dans le travail et la discipline ; fiers et confiants les uns dans les autres. Je veux relancer les chantiers de l’unité nationale. Je veux bâtir la nation ivoirienne autour de trois notions essentielles :

  • l’amour ;
  • la paix ;
  • la prospérité.

Par dessus tout, je veux travailler à aiguiser chez nos concitoyens une conscience nationale et édifier leur foi en un destin commun glorieux.

C’est pourquoi, je poserai dès mon élection les thèmes d’un véritable processus de réconciliation nationale. C’est ici que je compte mettre efficacement à contribution nos chefs traditionnels et nos guides spirituels.

Je mettrai sans réserve les moyens adéquats à la disposition de ces deux piliers clés de mon action (la chefferie traditionnelle et les hommes de Dieu) pour une réconciliation réussie sans interférence politicienne.

Pour ce faire, je consoliderai d’ailleurs le pouvoir du chef traditionnel par un statut clair que je proposerai au Parlement.

De même, la laïcité de l’Etat sera réaffirmée autant que la solidarité et l’aide de l’Etat pour l’oeuvre de la foi au service de la paix et du développement.

 

 

 

Le dialogue et la concertation :
une voie, une philosophie

 

Je conduirai ce projet et les reformes nécessaires en suivant une voie, un principe de vie : le dialogue et la concertation. Jamais la dictature ne prendra le dessus sur cet engagement. Je consulterai régulièrement les experts et professionnels des différents domaines.

J’instituerai un cadre de dialogue national avec les différentes couches de la société en mettant un cachet spécial aux confessions religieuses et à la chefferie traditionnelle. Je n’hésiterai pas à interroger le peuple par voie référendaire en cas de nécessité.

 

 

 

La vérité, la justice, la tolérance et le travail: une vertu

 

J’entends sous-tendre mon action par des valeurs que je veux promouvoir et inculquer à mes concitoyens, surtout à la jeunesse et aux générations futures. Je tiens à ces vertus que sont, le travail, la vérité, la justice et la tolérance.

Sur cette base, je veux bâtir une société digne et anoblie par le travail, sereine et affranchie par la vérité, solidaire et unie par la justice, généreuse et apaisée par la tolérance.

 

 

 

L’amour, l’espérance et la foi: une constance

 

Tout le long de ce sacerdoce avec le peuple, je resterai attaché à une assurance, la foi inébranlable au succès de ce projet et à une espérance, le destin glorieux d’une nation qui tient la promesse de l’espérance promise à l’humanité.

Mais au-delà de tout, la constance de toute mon action, le ciment qui consolidera notre unité nationale est l’Amour.

Source : minutepolitique.net

 

© Copyright 2008 - www.loidici.com - Tous droits réservés.