FODAY GALLAH
(LIBERIEN)

J'intervenais chez une famille où tout le monde était mort, sauf un garçon étendu dans son vomi. Je l'ai pris dans mes bras mais en chemin, il m'a vomi dessus et ça a traversé ma combinaison. Deux jours plus tard, j'avais des symptômes et je me suis présenté au centre de soins.

Après avoir survécu, je voulais revenir parce que mes compatriotes avaient besoin d'aide.

Je me sentais encore plus fort et fier de les soutenir et de savoir que des gens amenés à l'hôpital étaient vivants aujourd'hui. Tout cela encourage », témoigne Foday Gallah.

Alors que l'épidémie s'est affaiblie au Liberia, l'équipe a décidé d'aller soutenir la Sierra Leone voisine.

Trois véhicules, avec une vingtaine de personnes, ont donc été envoyés. C'est aujourd'hui l'une des rares entités à pouvoir franchir la frontière, fermée depuis sept mois. « Le Liberia et la Sierra Leone sont des pays frères.

Tant que la situation reste mauvaise en face, nous ne pouvons pas être en sécurité. Malgré la fermeture des frontières, des gens parviennent à traverser illégalement. Des malades pourraient passer. Donc nous devions y aller », a expliqué Foday Gallah.

L'équipe d'ambulanciers et leur créateur sont déjà les coqueluches des Libériens. Ce projet confirme désormais leur renommée internationale.

Source : /www.rfi.fr



RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés