SARO-WIWA KEN
RESISTANT / ECRIVAIN - NIGERIAN

Écrivain et militant nigérian, Ken Saro-Wiwa s'éleva avec fermeté contre le régime militaire de son pays et contre le groupe pétrolier anglo-néerlandais Royal Dutch Shell, qu'il jugeait responsable des dégâts écologiques provoqués dans les territoires du peuple Ogoni, dans son État natal de Rivers.

Né le 10 octobre 1941 à Bori, non loin de Port Harcourt, au Nigeria, Kenule Beeson Saro-Wiwa étudie au Government College d'Umuahia, puis à l'université d'Ibadan. Il enseigne brièvement à l'université de Lagos avant de rejoindre l'armée fédérale lors de la guerre civile qui éclate au Biafra en 1967, puis travaille comme administrateur de la fonction publique jusqu'en 1973.

Il quitte alors son poste pour se consacrer à sa carrière littéraire et publie quelques années plus tard un premier roman, Basi and Company (1983, Mister B millionnaire), suivi notamment de Songs in a Time of War (1985) et de Sozaboy (1985, Pétit Minitaire). Ce dernier roman, rédigé dans un mélange de pidgin nigérian et d'anglais, critique la corruption qui règne dans la société nigériane.

Ken Saro-Wiwa touche un plus large public grâce à l'adaptation de son premier roman sous la forme d'une série télévisée humoristique éponyme, dont environ cent cinquante épisodes sont tournés dans les années 1980.

Il travaille également comme journaliste et publie des poèmes ainsi que des ouvrages pour la jeunesse.

À partir de 1991, il se consacre à temps plein à la défense des Ogoni, une minorité ethnique qui regroupe environ cinq cent mille personnes. Au milieu de l'année 1992, il élargit l'action du Mouvement pour la survie du peuple Ogoni (Mosop) qu'il dirige, intervenant en particulier au Royaume-Uni, où se trouve l'un des sièges principaux de la société Shell.

Il critique en effet les retombées destructrices de l'industrie pétrolière – principale source de revenu du Nigeria – dans la région du delta du Niger et demande que la part des bénéfices reversée au peuple Ogoni à titre compensatoire soit revue à la hausse.

 

Source : www.universalis.fr



RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés