LE JUGE GIOVANNI FALCONE

Le juge Giovanni Falcone : une lutte à mort contre la Mafia

Le 23 mai 1992, en Sicile, des hommes de Cosa Nostra font sauter une autoroute pour tuer le magistrat qui avait passé sa vie à les combattre. Vingt-trois ans après, l'Italie en tremble encore.

Les Italiens n'ont pas oublié le juge anti-mafia Giovanni Falcone. Vingt-trois ans après son assassinat, à Palerme, des milliers de personnes ont défilé le 23 mai dernier dans la capitale sicilienne lors d'une journée du souvenir à laquelle participait notamment Sergio Mattarella, le président de la République. Deux cortèges ont convergé vers un magnolia recouvert de messages de soutien, planté devant l'ancien domicile du magistrat, dont la tombe a été transférée à l'église San Domenico, le panthéon des illustres Siciliens.

« En Italie, Giovanni Falcone est considéré comme un héros de la lutte contre la mafia, affirme Marcelle Padovani, journaliste française spécialiste de la politique italienne, qui a cosigné, avec le magistrat, un livre qui s'est vendu à 1 million d'exemplaires en Italie. Tous les juges anti-mafia se réfèrent à son combat. ».

La violence de l'attentat dont a été victime ce magistrat palermitain de 53 ans aura été un électrochoc pour l'Italie, au printemps 1992. Le 23 mai, alors qu'il est en poste au ministère de la Justice, à Rome, Giovanni Falcone part se reposer dans le plus grand secret en Sicile, avec sa femme, Francesca Morvillo, elle-même juge à la Cour de cassation. A l'aéroport de Palerme, le couple, encadré par des gardes du corps, prend place dans l'une des trois voitures blindées. Peu après, une explosion pulvérise le cortège sur l'autoroute menant au centre-ville, tuant Giovanni Falcone, sa compagne et trois membres de sa sécurité.

Un crime préparé avec minutie

Rapidement, les policiers découvrent qu'une demi-tonne d'explosifs était dissimulée dans une canalisation sous la chaussée, et que le détonateur a été actionné grâce à une télécommande. Ils identifient ensuite deux exécutants, qui, en échange du statut de « repenti », donnent le reste de l'équipe et les commanditaires, tous membres de Cosa Nostra, la mafia sicilienne. En mai 1995, 41 membres du clan Corleone, dont son chef Totò Riina, « le parrain des parrains », sont lourdement condamnés pour ce quintuple meurtre. Mais d'autres complices, en fuite, font aujourd'hui encore l'objet de mandats d'arrêt internationaux. « Les membres de Cosa Nostra vouaient une haine profonde à Giovanni Falcone. Ils ne lui pardonnaient pas tous les coups qu'il leur avait portés, précise Marcelle Padovani.

Il avait été notamment à l'origine du délit d'association mafieuse, de la création du statut des repentis et de l'isolement en prison des chefs mafieux pour les empêcher de continuer à mener leurs affaires ou de commanditer des assassinats. »

« Lâché » par sa hiérarchie et par l'Etat italien

Spécialisé au début de sa carrière dans les liquidations judiciaires, Giovanni Falcone découvre, dans les années 1970, le poids écrasant de Cosa Nostra, qui gangrène l'économie locale et manipule des élus corrompus. Devenu membre du « pool » anti-mafia, son premier fait d'armes est le « maxi-procès » de 1986, durant lequel 475 personnes, mafieux ou proches de la mafia, sont jugées à Palerme. Sont prononcées 360 condamnations pour un total de 2 665 années de prison ! « Giovanni Falcone comprenait le langage des mafieux, fait de signes, de silences, de demi-mots. Il a su gagner la confiance du repenti Tommaso Buscetta, souligne Marcelle Padovani.

Ce procès a été pour lui une grande victoire, car il a démontré que des chefs mafieux pouvaient être condamnés à perpétuité. »

Pourtant, après ce succès, le juge en croisade se voit refuser des moyens supplémentaires pour poursuivre son combat contre la Pieuvre, le surnom de la mafia.

Le « pool » de juges qui la combattent, dont il n'a pas réussi à obtenir la direction, n'est plus soutenu par la hiérarchie judiciaire. « Giovanni Falcone s'est senti peu à peu isolé, assure Marcelle Padovani. Il reprochait à l'Etat de mener une lutte fluctuante contre la mafia. »

Le 20 juin 1989, un sac bourré de dynamite est découvert devant la villa du juge Falcone, à l'Addaura, près de Palerme. Attentat raté, simple menace ? L'affaire n'a jamais été élucidée. « Giovanni Falcone était très prudent. Il avait mis en place un important système de sécurité, avec des caméras pour accéder à son bureau, témoigne Marcelle Padovani, mais il se savait condamné. »

Longtemps, le magistrat a vécu sous la protection constante d'une vingtaine de carabiniers, se déplaçant en voiture blindée et ne sortant de son domicile que pour se rendre au tribunal ou dans des prisons. «C'était un bon vivant qui avait beaucoup d'humour, se souvient la journaliste. Il aspirait à une vie normale qu'il n'a jamais eue. » Un choix qui l'a amené à ne pas avoir d'enfants.

 

Après l'attentat, le gouvernement accorde des faveurs à Cosa Nostra

Au début des années 1990, Giovanni Falcone est progressivement mis sur la touche et se voit attribuer des enquêtes secondaires. Il préfère se replier sur Rome, où il obtient, en 1991, un poste au bureau des affaires pénales du ministère de la Justice.

Avant son assassinat, trois autres juges anti-mafia avaient été tués, en 1970, 1979 et 1983. Après lui, son collègue Paolo Borsellino est également assassiné, ainsi que cinq policiers de son escorte lors de l'explosion d'une voiture piégée en plein Palerme, en juillet 1992. Suivent d'autres attentats perpétrés par la mafia à Rome, Florence et Milan, en 1993 et 1994, qui feront dix morts et une centaine de blessés.

Avec ce bain de sang, Cosa Nostra aura ainsi forcé le gouvernement à assouplir les conditions de détention de 300 mafieux, à réduire les peines d'emprisonnement et à desserrer l'étau policier.

Une « négociation » entre l'Etat et la mafia qui fait toujours l'objet d'un procès depuis deux ans. « Mais aujourd'hui, Cosa Nostra est une organisation en grande difficulté, ses chefs principaux sont en prison, ils ont été supplantés par leurs homologues calabrais et napolitains, conclut Marcelle Padovani.

Le juge Falcone disait que la mafia est comme un être humain, elle a un début, un apogée et une fin. »

Sources : www.franceinter.fr et www.leparisien.fr

RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés