PROCES DU DIGNITAIRE CHINOIS BO XILAI
OU LE « DALLAS CHINOIS »

Bo Xilai né le 3 juillet 1949 à Diegxiang en Chine est le fils de Bo Yibo, ami et compagnon de Mao Tsé-toung du « Parti Communiste Chinois » ou « PCC » et premier Président de la République populaire de Chine de 1949 à 1959.

Mao Tsé-toung  initie, en mai 1958, un programme baptisé le « Grand Bond en Avant » ou « GBA » pour développer économiquement et techniquement la Chine.

Le « GBA » oblige les fonctionnaires à rejoindre les paysans dans les champs et tous doivent travailler pour remettre les revenus à l’Etat. Le « GBA »  a pour but également, dans un court délai, de rattraper la production d’acier de la Grande-Bretagne qui s’est constituée sur environ quinze (15) ans.

Pour Mao Tsé-toung, la collectivisation agricole doit permettre à l’Etat central d’avoir des ressources suffisantes pour réaliser de grands programmes d’infrastructures.

Malheureusement, ce plan provoque plutôt la désorganisation du système agricole et industriel et est un échec qui entraîne une pénurie alimentaire, l’absence de matières premières, la détérioration du tissu industriel, la démoralisation des paysans et des intellectuels. Plus de 38 millions de Chinois meurent de faim en quatre (4) ans.

La production d’acier s’avère être un échec aussi puisque l’acier fabriqué fond et est de très mauvaise qualité.

Avec le désastre du « GBA », Mao Tsé-toung est démis de ses fonctions de Président de la République populaire de Chine et remplacé en 1959, par Liu Shaoqi, un opposant au « GBA ».

En 1966, Mao Tsé-toung  revient sur la scène politique pour, selon lui,  défaire le PCC, le gouvernement et l’armée des bourgeois qui se sont infiltrés au sein de ces formations. Il baptise cette opération la « Révolution culturelle ».

Des fils de paysans, d'ouvriers et de soldats sont formés à l’esprit révolutionnaire et à la pensée de Mao Tsé-toung. 

En mai 1966, les dignitaires proches de Mao martèlent aux jeunes : « Combattez les opposants à la pensée de Mao, quel que soit leur rang ! » et  à la fin du mois de mai, les maîtres et les étudiants « bourgeois et/ou révisionnistes » sont accusés de tous les maux de la Chine et persécutés au point où toutes les écoles et les universités sont fermées durant tout le mois de juin 1966.

Le 18 août 1966, à la place « Tien An Men »,   environ un million de jeunes révolutionnaires se rassemblent autour de Mao Tsé-toung et Lin Piao et reçoivent leur nom, les « Gardes rouges » avec comme signe distinctif, le brassard rouge.

Les « Gardes rouges » qui jugent que, « Plus vous tuez de gens, plus vous êtes révolutionnaire », persécutent les élites et leurs enfants et le père de Bo Xilai, Bo Yibo bien que proche de Mao Tsé-toung  est, au cours d’une réunion publique, frappé et humilié parce que qualifié de « révisionniste » donc de « traître ».

La mère de  Bo Xilai meurt torturée par des adolescents des «  Gardes rouges ».

Bo Xilai qui a 17 ans pendant la « Révolution culturelle », intègre le « Comité d’action unie », un mouvement radical allié aux « Gardes rouges » certainement pour sauver sa vie mais il sera quant même envoyé dans camp de travail forcé en 1967et soumis aux travaux pénibles, il est interdit  de porter des chaussures durant les cinq (5) ans qu’il passe dans ce goulag.

Le Président Liu Shaoqi est arrêté par les éléments de la « Garde rouge » et meurt en 1969 dans des conditions déplorables, nu et sans soins, dans sa prison  de Kaifeng, à l’Est  de la Chine.

Mao Tsé-toung redevenu Président de la Chine, conserve le pouvoir jusqu’à sa mort en 1976.

La même année, 1976,  Bo Xilai  et Li Lidanyu  se marient et un fils, Li Wangzhi, naît de leur union en 1977.

En 1978, après la mort de Mao Tsé-toung, le père de Bo Xilai est réhabilité et nommé Vice-premier ministre, Bo Xilai s’inscrit à l’Université pour étudier l’Histoire et le Journalisme.
Au cours de ses études, il fait la connaissance d’une ressortissante chinoise, l’étudiante Gu Kailai.

Née le 15 novembre 1958,  Gu Kailai est la fille d’un grand dirigeant chinois, le Général Gu Jingsheng et tout comme Bo Xilai, le père de Gu Kailai a été, pendant la « Révolution culturelle », persécuté.

Le Général Gu Jingsheng a été emprisonné en même temps que sa femme, la mère de Gu Kailai, ainsi quatre de ses sœurs.

Gu Kailai n’a que huit (8) ans en 1966 et bien qu’adolescente, Gu Kailai est envoyée plus tard  dans une boucherie pour travailler et est aujourd’hui experte du hachoir.

En 1976, après la mort de Mao Tsé-toung,  elle part étudier le Droit et les Relations internationales à l’Université de Pékin où elle fait la connaissance de Bo Xilai.

Bo Xilai est nommé Secrétaire du Parti Communiste chinois (PCC) en octobre 1980 et se consacre entièrement aux activités de son Parti.

En 1982, il divorce d’avec son épouse.

Il exerce au Département « Recherche » du Comité central du PCC et se rend dans la province de Liaoning, au Nord-est de la Chine, à la frontière avec la Corée du Nord pour travailler en 1984.

Bo Xilai épouse Gu Kailai en 1986 et Bo Guagua naît en 1987.

La famille Bo déménage en 1993 dans la petite ville de Dalian ; Bo Xilai est nommé maire de cette ville et Gu Kailai y ouvre son Cabinet d’avocats d’affaires.

Avocate internationale, Gu Kailai réussit à gagner, en 1997,  son procès aux Etats-Unis d’Amérique où une compagnie chinoise était accusée par une entreprise américaine.

Fort de ce succès et première étrangère à gagner un tel procès aux Etats-Unis d’Amérique, elle publie deux ouvrages à succès  dont l’un est intitulé « Comment gagner un procès aux Etats-Unis d’Amérique ». Cet exploit attire les hommes d’affaires qui affluent à son Cabinet.

Le fils Bo Guagua, est envoyé, dès l’âge de 12 ans en Angleterre pour poursuivre ses études.
 
A Dalian, les Bo font la connaissance de Patrick Devillers, un architecte d’origine française qui a pour épouse une chinoise.

Ils deviennent amis et Patrick Devillers devient « L’homme à tout faire » des Bo et, en 1998, au Royaume Uni dans la ville de Bournemouth, où elle s’était rendue avec Patrick Devillers comme intermédiaire pour la signature du contrat d’achat de  montgolfières pour décorer la ville de Dalian, le fabricant de ballons ­atmosphériques a révélé à la presse britannique que Gu Kailai lui a demandé au moment de conclure le contrat, d’ajouter sur la facture, la somme de 250 000 Euros ou 163 millions 989 mille 250 Francs CFA et de virer cet argent  sur un compte offshore pour lui permettre de payer les études de Bo Guagua.

Le fabricant a refusé et Gu Kailai l’a menacé en disant : «Vous ne me prenez pas au sérieux… Ne venez jamais en Chine, je vous ferai jeter en prison!»

En 2001, Bo Xilai devient le gouverneur du Liaonin et ministre du Commerce en 2004.

Bo Xilai est nommée en 2007, Chef du PCC de la ville de Chongqing, la plus grande ville au monde, située à 2.000 Km de Pékin et comptant 17 millions 845 mille 265 habitants.

Avec la nomination de son époux à la tête du PCC, Gu Kailai, surnommée la « Jackie Kennedy Chinoise » met sa carrière  entre parenthèses.

A Chongqing, de 2007 à 2012, Bo Xilai et son équipe  dont Wang Lijun, le Chef de la Police de la ville de Chongqing, son bras droit, mènent une guerre sans merci  aux gangs mafieux et arrêtent plus de 3.300 prisonniers.

Cette campagne dite « anti-corruption » permet à Bo Xilai de saisir la fortune de plusieurs milliardaires chinois avant de les arrêter puis les torturer.

Bo Xilai va jusqu’à mettre sur écoute le Président de la République, Hu Jintao.

Les organisations des Droits de l’homme dénoncent ces tortures et c’est au cours de ces opérations qu’un ancien haut responsable de la Police et de la Justice entre 1996 et 2009 nommé Wen Qiang et âgé de 54 ans est arrêté  pour corruption, jugé et exécuté.

Le  6 février 2012, Wang Lijun, bras droit de Bo Xilai se réfugie au Consulat américain de Chengdu en Chine et révèle  aux américains que la femme de Bo Xilai  a tué un ressortissant britannique du nom de Neil Heywood.

Wang Lijun  dit aux américains que Bo Xilai  lui a administré  une gifle lorsqu’il l’a informé  de l’acte posé  par son épouse et connaissant son patron, il a préféré se réfugier  dans une ambassade pour sauver sa vie.

Il demande l’asile aux américains mais ces derniers refusent et le gardent pendant quelques heures avant de le remettre aux autorités chinoises.

Wang Lijun qui a sur lui des documents et des enregistrements compromettants pour Bo Xilai et son épouse, indique que le britannique n’est pas mort après avoir bu exagérément de l’alcool comme indiqué sur le certificat de décès, surtout qu’il ne consommait pas l’alcool selon ses proches.

Neil Heywood, enseignant d’Anglais en Chine a commencé à fréquenter les Bo en 1994, par l’entremise de  son épouse Wang Lulu, une chinoise originaire de la ville de Dalian, amie à Gu Kalai.
 
Ancien pensionnaire d’une école d’élite de Churchill en Angleterre, Neil Heywood du fait des relations amicales qui existaient désormais entre les deux familles, Gu Kalai étant la marraine des enfants de Neil Heywood, a permis à Bo Guagua d’être le premier chinois à être admis  dans cette école d’élite.

Neil Heywood installé pratiquement en Chine est devenu homme d’affaires et représentant d’Aston Martin à Dalian. Il était également le conseiller, l’entremetteur, le facilitateur et quelque fois le prête-nom des Bo dans des affaires.

Certaines personnes disent que Neil Heywood est en réalité un espion secret de l’agence Hakluyt spécialisé en intelligence économique, même si le ministre des affaires étrangères britannique, William Hague a démenti cette information.

D’autres encore  disent que Neil Heywood et Gu Kalai étaient amants.

Enfin, une autre source parle d’un litige immobilier. Cette dernière source indique qu’en 2005, Neil Heywood a, par l’intermédiaire de Gu Kailai, fait la connaissance de Wang Lijun  et Xu Ming et tous ensembles ont conclu, en présence de Bo Xilai, un projet immobilier sur la France et le district de Jiangbei, à Chongqing.

Neil Heywood devrait percevoir, au terme du projet, le montant de 140 millions de livres ou 126 milliards 346 millions 934 mille 523 Francs CFA mais des problèmes politiques n’ont pas permis la réalisation du projet.

Neil Heywood réclame néanmoins à Bo Guagua, un dédommagement à hauteur de 10 % du montant fixé.

Bo Guagua promet d’en parler  à ses parents pour que réparation soit accordée à Neil Heywood.

Après plusieurs démarches du britannique restées  infructueuses, Neil Heywood menace Bo Guagua par écrit en ces termes : « Si tu ne me donnes pas 13 millions de livres, tu seras détruit ». Il  séquestre Bo Guagua chez lui en Angleterre pour mettre la pression sur sa mère.

Bo Guagua appelle sa mère et lui explique la situation.

Prise de peur de voir son fils kidnappé et se faire tuer, selon Gu Kailai, elle  saisit la police de Chongqing et Wang Lijun décide de s’en occuper mais sa marche de manœuvre se trouve limitée puisque l’action se passe sur le territoire britannique.

Lorsque Neil Heywood revient à pékin, Gu Kailai et Wang Lijun montent un scénario dans lequel Xu Ming se chargera  d’appeler depuis Pékin la Police de Chongqing pour la prévenir qu'un gros dealer de drogue se rend dans cette ville  etlors de l'opération de police,Neil Heywood  qui refuse de se rendresera tué par des policiers informés du coup.

Lorsqu’arrive la phase de mise en œuvre du plan, Wang Lijun recule et refuse d’agir.

Gu Kailai ne se décourage pas et décide de continuer seule son idée macabre.

Elle opte pour le poison et exécute son plan.

Le lendemain de la mort de Neil Heywood, elle raconte son forfait à Wang Lijun qui la piège en enregistrant, à son insu, ses déclarations.

Le 15 novembre 2011, le corps de Neil Heywood  est découvert par le personnel de l'hôtel et incinéré aussitôt par les autorités de la ville, avec  l’accord de l’épouse de Neil Heywood.

Un ancien militaire qui faisait partie de la garde du général Gu Jingsheng, le père de Gu Kailai passé au service de cette dernière en 2005 après la mort de son père en 2004, pour  s'occuper des contacts de son fils et de sa sécurité, raconte les faits à la date du 10 octobre 2011 : « Le soir même, Neil Heywood et Gu Kailai ont dîné ensemble. Ensuite, Gu Kailai a demandé à son chauffeur, Wang Hao, d'acheter du whisky et de préparer des fioles de poison qu'elle a données à Zhang Xiaojun, en lui disant que c'était du cyanure. Zhang Xiaojun n'a pas voulu prendre part au meurtre, mais en raison de sa position auprès de la famille Gu, il s'y est ensuite résigné. Vers 23 heures, Gu Kailai, son chauffeur Wang Hao, Zhang Xiaojun, ainsi qu'un autre personnel de la famille Bo se sont rendus à la villa de l'hôtel Nanshan Lijing, où logeait le Britannique. »

Le 15 mars 2012, Bo Xilai  perd son poste local du PCC sur recommandation du gouvernement chinois.

Le 9 avril 2012, c’est sa fonction  au Comité central du PCC qui lui est retirée avec la publication de ce communiqué : « Le camarade Bo Xilai est suspecté de sérieuses violations de la discipline, et le comité central du Parti communiste chinois a décidé de suspendre sa participation au bureau politique »

Bo Xilai  est ensuite placé en résidence surveillée.

Le 26 juillet 2012,  Gu Kailai est arrêtée.

Sur demande d'extradition déposée par la Chine,  Patrick Devillers est arrêté le 13 juin 2012 à Phnom Penh  au Cambodge et, après les assurances données par les autorités chinoises à l’ambassadeur de France au Cambodge,  Patrick Devillers se rend librement en Chine le mardi 17 juillet 2012 pour aider les autorités chinoises dans l’enquête encours.

Bo Guagua poursuit ses  études aux  Etats-Unis d’Amérique dans la discrétion.  

Auparavant, Bo Guagua fréquentait de prestigieuses universités comme la « Columbia Law School » ; l’université d’Oxford ; l’université d’Harvard aux Etats-Unis d’Amérique qui coûte environ 70.000 Dollars ou 40 millions 124 mille 28 Francs CFA par an.

Bo Guagua menait un train de vie élevé avec des voyages en jet privé avec ses amis d’Oxford en Afrique, des appartements à 2 500 Dollars ou un million 433 mille Francs CFA par mois ; des voitures de marque, Ferrari, Porsche...

Bo Guagua  affichait les photos de ses extravagances sur Facebook.

Un Observateur d’actualité  nommé Shi Da dit de Bo Guagua : « Je pense que le meurtre de Neil Heywood par Gu Kailai n’a pas de lien direct avec Bo Guagua. Mais comme Bo Guagua a dépensé beaucoup d’argent que Bo Xilai avait empoché par le biais de la corruption, et que Bo Guagua est maintenant le tuteur des actifs de la famille, dans ce sens, je pense qu'il est lié à cette affaire. »

D’autres Observateurs avancent  que le malheur de la famille Bo vient du train de vie coûteux de Bo Guagua qui devrait être financé à tous les coups ; Ce  qui a permis à la corruption avec « l’oncle Xu » et Wang Lijun de faire leur entrée dans la vie des Bo.

Cadre commercial pour une société d’importation de crevettes japonaise et fondateur du conglomérat Shide exerçant en 1992 dans le domaine des matériaux de construction, Xu Ming né en 1971 est devenu, avec le soutien de Bo Xilai, très riche et a été classé huitième fortune chinoise par le magazine Forbes en 2005.

Xu Ming appelait Gu Kailai « Grande-sœur » et Bo Guagua l’appelait « oncle Xu ».

Xu Ming est celui qui réglait les études de Bo Guagua à Harvard et en Angleterre, ses voyages en jet en Afrique, ses voitures luxueuses, ses séjours dans de grands hôtels, la venue d’une dizaine d'amis à Pékin et divers autres  cadeaux.

Lors des enquêtes, Bo Xilai a dit en 2012 : « L'énorme assistance financière de Xu à ma famille était le fruit d'un accord un peu particulier: je l'aide à développer ses affaires, il m'aide à élever mon enfant. »

Le procès de Gu Kailai  qui débute le jeudi 9 août 2012, ne dure que sept (7) heures et la lecture de l’acte d’accusation ci-après ne prend que sept (7) minutes : « Le 13 novembre 2011, Bogu Kiailai a rencontré Heywood dans sa chambre d'hôtel pour prendre un verre. Après qu'Heywood soit devenu ivre, il a vomi et il a demandé de l'eau. Elle a mis le poison qu'elle avait préparé et que Zhang avait amené à la chambre d'hôtel dans la bouche de Heywood, ce qui a conduit à la mort de Heywood. »

Le procès bien qu’interdit aux journalistes internationaux est diffusé par la télévision nationale chinoise, la « CCTV 13 ».

Le verdict est rendu une semaine après, le lundi 20 août 2012 et  Gu Kailai  est condamnée à mort avec sursis.

Cette peine est une disposition spéciale chinoise par laquelle la condamnation  suprême est transformée en prison à vie si, pendant le délai de deux ans, le prisonnier se comporte bien.

Gu Kailai a bénéficié de cette faveur parce qu’elle a accepté,  par vidéo, de témoigner contre son mari mais Bo Xilai  a qualifié sa femme de « folle » et  dit : « Les enquêteurs ont profité de son état mental instable pour la monter contre moi». Il a détaillé leur vie intime, même le jour où, sa femme ayant su la liaison qu’il entretenait avec une autre femme, a pris ses affaires pour s’installer chez leur fils en Angleterre.

Tout comme Gu Kailai, Xu Ming a témoigné contre son mentor pour obtenir la réduction de sa peine.

Ainsi, accusé d’avoir acheté et reçu des pots-de-vin  d’une résidence de deux étages sur la côte d’azur, au Sud-est de la France ; dans le quartier des milliardaires, prisés de Cannes, quand Bo Xilai niait en disant : « Je ne suis absolument pas au courant (de cette villa) et il s'agit d'une affaire montée de toutes pièces», son ancien homme sûr, Xu Ming le désavouait et affirmait avoir au contraire, offert, en présence de Bo Xilai, la somme de  3,23 millions de Dollars ou 1 milliard 936 millions 575 mille 341 Francs CFA à Gu Kailai qui voulait s’offrir une villa sur la Côte d’Azur.

Les chefs d’accusation retenus contre Bo Xilai se résument en quatre (4) points.

Bo Xilai est accusé d’avoir reçu personnellement des pots-de-vin de 2,67 millions d'Euros ou 1 milliard 751 millions 405 mille 190 Francs CFA de deux hommes d'affaires, Xu Ming et Tang Xiaolin.

Ensuite, il est mis en cause dans le détournement de fonds publics de 612.000 Euros ou 401 millions 445 mille 684 Francs CFA.

Il est accusé d’avoir pratiqué des abus de pouvoir à Chongqing lorsqu’il gérait la ville et  enfin, Bo Xilai      aurait tenté d’entraver une enquête criminelle qui mettait en cause son épouse.

Au troisième jour du procès devant la Cour intermédiaire Jinan, une ville de l’Est de la Chine, Bo xilai finit par reconnaître  qu’il a reçu 600.000 Euros ou 393 millions 574 mille 200 Francs CFA  reversés sur le compte de son épouse et dit : « J'estime devoir assumer ma part de responsabilité dans le fait que cet argent soit arrivé sur le compte de Gu Kailai….J'ai honte, j'ai fait preuve de négligence, car il s'agissait d'argent public et je n'ai pas surveillé ce qu'il est devenu par la suite. »

Le second témoin, son ex-bras droit Wang Lijun, qui a déclenché l’affaire baptisé le « Dallas chinois », Bo Xilai se défend : « Il (Wang) était secrètement amoureux de Bogu Kailai, mais il n'arrivait pas à se sortir de cette confusion sentimental… Il connaissait mon tempérament, il s'était immiscé dans ma vie privée et avait violé mes sentiments les plus intimes. C'est la véritable raison de sa tentative de défection. Wang Lijun cherche à brouiller les pistes… ma femme et Wang étaient proches « comme deux doigts de la main » »

Wang Lijun surnommé le « super-flic » de la ville de Chongqing», a été condamné àquinze(15) ans de réclusion pour défection, corruption et abus de pouvoir.

La décision de condamnation révèle qu'entre 1999 et 2012, Bo Xilai, maire de Dalian, Secrétaire du Comité municipal du PCC pour Dalian, Gouverneur de la province du Liaoning et ministre du Commerce a usé de ses fonctions pour permettre  à des personnes de  s'enrichir.

De ce fait, l’entreprise « Dalian International Development Co. Ltd » dirigé par Tang Xiaolin a pu bénéficier  des quotas préférentiels pour l'importation de véhicules et  Xu Ming dirigeant de « Dalian Shide Group Co. Ltd » a élaboré un projet de montgolfière touristique en forme de ballon de foot et à eu un appel d'offres concernant un projet pétrochimique.

Le Tribunal a estimé que Bo Xilai a perçu personnellement 1,1 million de yuans ou 104 millions 421 mille 430 Francs CFA de M. Tang quand sa femme et son fils recevaient de Xu Ming, la somme de 19,33 millions de yuans ou 1 milliard 806 millions 647 mille 095 Francs CFA.

Le 22 septembre 2013, le Tribunal populaire intermédiaire de Jinan condamne Bo Xilai à l’emprisonnement à perpétuité avec privation de ses droits politiques et la saisie de tous ses biens.

Les chefs d’accusation retenus sont ceux d’avoir accepté des pots-de-vin d’une valeur de 3,3 millions de Dollars ou 1 milliard 941 millions 312 mille 843 Francs CFA, d’avoir détourné des fonds et d’avoir abusé de son pouvoir.

Les avocats de la défense crient à un complot contre le clan Bo.

Des analystes  indiquent que c’est le Président de la République de Chine qui, mis sur écoute sur recommandation de Bo Xilai, à voulu « faire taire », pour toujours, le « prétentieux » Bo Xilai.

Il a donc engagé une enquête parallèle anti-corruption et ayant découvert  de nombreuses malversations qui incriminent Bo Xilai, le Chef de la Police, Wang Lijun  a préféré se mettre à l’abri en dénonçant le meurtre de Gu Kailai.

De même, qualifiant le PCC  de « Mafia sans foi, ni loi », Bo Xilai se serait mis à dos des dignitaires du Parti  en voulant intégrer le Comité permanent du bureau politique du PCC où sept des neuf membres du Comité permanent devraient être renouvelés au 18e Congrès du Parti des 8 au 14 novembre 2012 à Pékin, alors que la règle dans le Parti nécessitait que Bo Xilai franchisse les échelons dans le pari étape par étape.

A huit (8) mois de ce congrès, Bo Xilai est arrêté, d’où l’aspect politique évoquée.

Dans tous les cas, Bo Xilai est incarcéré actuellement dans la prison spéciale de Qincheng  où il bénéficie du confort réservé aux élites chinoises après que son procès en appel du25 octobre 2013 par la Haute Cour populaire du Shandong ait confirmé sa condamnation à perpétuité.

 

RETOUR

©Copyright 2008 www.loidici.com - Tous droits réservés